FAQ

Voici les réponses aux questions les plus fréquemment posées.

 

1) L’association Prévention Routière et la Sécurité Routière, quelle différence ?

Créée en 1949, reconnue d’utilité publique en 1955, l’association Prévention Routière est une association loi 1901 dont l’objectif est de modifier les comportements pour plus de sécurité sur la route.Ses principales actions sont l’éducation routière – plus d’1 million d’enfants et de jeunes sont formés chaque année -, la formation continue des conducteurs et la sensibilisation du grand public.

Quant à la Sécurité Routière, (Délégation à la sécurité routière, anciennement DSCR), c’est un organisme public qui dépend du ministère de l’Intérieur depuis fin 2010. Elle définit les conditions générales de circulation et en exerce le contrôle. Elle prend en charge la formation initiale des conducteurs (contenu et gestion de l’examen du permis de conduire) et met en place des campagnes de communication à leur destination.

L’association Prévention Routière et la Sécurité Routière ont un objectif commun : la réduction du nombre et de la gravité des accidents de la route.

 

2) Où obtenir des informations près de chez moi ?

L’association Prévention Routière dispose d’un réseau implanté sur tout le territoire national. Chaque entité (départementale ou régionale) du réseau est chargée de relayer les campagnes de l’association et d’initier ses propres actions. Notre réseau peut vous aider dans la mise en place d’actions de prévention ou vous fournir informations et conseils.Pour connaître les coordonnées de nos comités départementaux et régionaux, rendez vous sur notre page

 

3) Tous les véhicules sont-ils concernés par les radars automatiques ?
Oui, y compris les poids lourds et les motos.
Dans la vaste panoplie des radars existants, il y en a un pour chaque usage et chaque circonstance. Certains sont fixes, en bordure de route. D’autres sont mobiles, en fonctionnement dans des véhicules banalisés à l’arrêt, sur des points de contrôle qui peuvent varier.
Les uns sont discriminants (pouvant différencier les différentes catégories de véhicules, notamment les poids lourds ou les autocars et identifier sur un cliché LE véhicule en infraction au milieu d’autres). D’autres sont “tronçon”, “chantier”, “feu rouge” ou “passage à niveau” ou “stop”, pour les plus récents, selon les lieux qu’ils ont pour fonction de sécuriser.
Quelques modèles sont “mobiles-mobiles”, c’est-à-dire embarqués dans des véhicules banalisés en circulation.Enfin, les plus récents dispositifs sont des “zones de contrôles avec présence aléatoire du radar” où des panneaux annoncent la présence de radars, alors que l’un d’entre ceux-ci est factice ou que la cabine-radar est vide.